L’amour des parenthèses

Il est des hommes.
Il est des femmes.
Ils piétinent leur jardin, au prétexte qu’il est trop petit.
Leur espace est le monde.
Il est des hommes.
Il est des femmes.
Ils brisent le charme des parenthèses enchantées, au prétexte qu’un jour elles se closent.
Le temps est leur infini.
Ils ont des excuses.
Ce sont des voyous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s