Revue de beauté et de bonheur

Elle dévale la pente en courant pour annoncer la bonne nouvelle.
Si sa cheville craquait, sur la pierre qui roule,
Elle trébucherait, fragile, et ne pourrait
Rejoindre le ruisseau de la plaine.
Elle resterait seule sur la montagne,
Bergère de toi-même,
Minuscule troupeau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s