Dérobade

Tu dérobes les dés de pierre sur les tombes en mosaïque
Comme pour avaler l’hostie des morts qui te sont chers.
Et ne voudrais-tu pas
Dévorer les doigts pétrifiés de celui qui annonça au monde
La nouvelle beauté de la forme?
Mais tout part en poussière,
Dans les mains voyelles du maçon malfrat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s