Terminus – dors

Dors, dans le râle terminus,
Dont la grande fileuse s’est mêlé.
Du ciel, sa sûre aiguille,
A chassé les anges
Et dissuadé les secours.
Fracassé au heurtoir,
Tu es seul à toi-même.
Il est temps de porter
La pièce d’argent à la bouche.
Pauvre résidu, de jours et de jours.
Distinction : plus de regard,
Musique : plus de souffle.
Ne bouge pas,
On te pousse vers
Le
Tunnel crématoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s