L’ange byzantin

Tu voulais du sucre dans la bouche.
Te voilà peint au couteau,
Pâte épaisse, rose fade,
Epaules en renoncement
De buveur défait, boxeur vaincu.
Tu n’es plus de détail,
Finesse enfouie,
Sous la coulée du temps.
Si un ange apparaissait,
Sous un soleil d’or,
Nacre byzantine
Au pinceau lisse et fluide,
Il poserait sa main d’aile
Sur ton épaule.
Saurait-il retenir
Ces lambeaux d’homme?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s