Mémoire morte

Je me souviens de mon grand-père.
Sa mère l’avait abandonné, enfant.
Elle écrivait des poèmes.
Elle peignait à la gouache la couverture des livres.
A sa mort, ses poèmes, mon grand-père les a brûlés.
C’était il y a longtemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s